Accueil du site > Art et handicap > La musique comme espace de rencontre des différences 2 avril (...)

La musique comme espace de rencontre des différences 2 avril 2008

jeudi 1er mai 2008



Un débat soutenu à l’occasion de la projection du 2 avril 2008 au Conservatoire de Lyon

Animé par Chantal Roussel, musicothérapeute et coordinatrice pédagogique de Léthé Musicale, ce débat a été l’occasion de présenter le partenariat mis en place entre Léthé Musicale et le Conservatoire de musique de Lyon.

Pour la troisième année consécutive, le Conservatoire a ouvert ses portes à deux ateliers de Léthé Musicale dans la perspective de permettre l’accès de l’établissement à tous les publics, y compris handicapés mentaux.

Au dernier trimestre scolaire, un travail collectif mené entre une classe de jeunes instrumentistes du conservatoire et un atelier adapté de Léthé Musicale donne lieu à un concert.
En 2007, la classe de Hautbois d’Olivier Hue et un groupe de l’APAJH (association pour adultes et jeunes handicapés) se sont impliqués dans ce projet. Les jeunes apprentis hautboïstes sensibilisés aux techniques d’improvisation ont pu croiser leur inspiration créatrice avec celle des adultes handicapés mentaux dans des échanges inspirés des musiques primitives d’Australie et d’Asie.

Bain sonore

Les musiciens, très différents les uns des autres, ont de fait réussi à se rencontrer dans la musique. « Dans » n’est pas un vain mot, les témoignages des uns et des autres faisant ressortir l’importance d’installer un espace sonore qui enveloppe le groupe (vibration des bols tibétains et longues tenues des hautbois par exemple). Ce maillage sonore entretenu par chaque participant et le plaisir ressenti ont permis au groupe de prendre corps dans un climat de confiance. Cette confiance en l’autre puis en soi-même ont rendu possible des échanges improvisés alors que les jeunes valides avaient eu du mal à établir une communication verbale avec les adultes handicapés.
Remplir le silence

Si l’écoute est au fondement de la musique, n’oublions pas qu’elle est mobilisée dans le son mais aussi dans le silence. La juste interprétation d’une oeuvre dépend de la qualité de présence du musicien avant, pendant et après l’exécution musicale. « Pour que la musique commence, il est fondamental que même les silences soient pleins ». Le musicien en phase avec lui-même et son auditoire permet alors que se propage une émotion, le sentiment d’une rencontre.
Aux questionnements sur l’intérêt artistique d’un tel projet peuvent être renvoyés clairement un intérêt éducatif pour chacune des parties, sachant que l’on se situe dans le contexte d’une rencontre entre deux lieux d’apprentissage et de pratiques musicales amateurs.

A suivre

Des frustrations ont été cependant été exprimées : que le travail n’ait pu se faire sur une plus longue durée, par exemple toute l’année scolaire. Une expérience perfectible donc, dont nous tirerons les enseignements pour la suite... 25 juin 2008.


En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de personnalisation du contenu.

Nos coordonnées

10 impasse Pierre Baizet
69009 Lyon
Tél : 04 78 83 79 31
© Léthé Musicale